Search
lundi 1 juin 2020
  • :
  • :

BONDOUKOU : Mort suspecte d’une écolière de 11 ans et d’une femme trentenaire

L’endroit où le corps de l’écolière a été jeté. Son meurtrier s’est servi du sachet plastique noir derrière la fenêtre pour l’étouffer

Portée disparue dans la soirée de dimanche 22 mars, le corps de la petite Kobenan Akoua Attawa Patricia a été retrouvé le lendemain, dans l’enceinte d’une maison en construction, non loin de la cour familiale. La mort de l’écolière de 11 ans, en classe de CM1 à l’école BAD du quartier Zanzan, porte la marque de quelqu’un qui l’aurait violée avant de la tuer en l’étouffant avec un sachet plastique, et aurait ensuite jeté le corps au travers de la fenêtre du bâtiment en chantier.

La police, qui a ouvert une enquête, n’a pas élucidé ce meurtre crapuleux lorsque dame Affoua Lucie a été découverte morte dans sa chambre, dans la nuit de samedi 4 avril. Le désordre dans lequel était l’intérieur de sa maison montre qu’elle s’est battue contre son agresseur qui, vraisemblablement, voulait abuser d’elle. Cette mère d’un garçonnet de 3 ans était à moitié nue. Mais semble avoir résisté au viol. La porte de la chambre a été fracturée. Dans la lutte, la couturière a-t-elle réussi à voir le visage de son agresseur qui aurait amené ce dernier à la tuer pour ne pas être dénoncé ?  Sa crise d’asthme s’est-elle déclenchée et l’a emportée pendant sa lutte contre le violeur ? Des questions qui demeurent sans réponses pour le moment.

Des similitudes

Le meurtre de l’écolière et de la couturière portent le même mobile : le viol. Les 2 crimes ont été commis au quartier Zanzan, à quelques mètres de distance, l’un de l’autre endroit. Alors, s’agit-il du même meurtrier ? Rien n’est moins sûr.

B. OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *