Search
mardi 27 octobre 2020
  • :
  • :

SIMILIMI (BONDOUKOU) : Un village pris au piège et abandonné

Accompagnée par le directeur régional des Mines et de la géologie, une délégation préfectorale conduite par le sous-préfet de Bondoukou est allée à Similimi, mardi 14 juillet 2020. Objectif : informer les habitants de ce village minier qu’aucun projet de lotissement ne peut y être réalisé. Alors, pas de place au doute : le village sera déplacé. Mais quand ? En effet, la localité se trouve sur un gisement de manganèse concédé en 2006 par l’État à Taurian. Cette société indienne est devenue plus tard Bondoukou Manganèse SA.

La nouvelle portée par le sous-préfet Séka Fidèle n’a pas réjoui les populations du petit village enclavé par les activités extractives. Le lotissement étant le premier pas d’une localité vers la modernisation et le préalable à toute action de développement comme l’électrification, c’est dire que les 571 habitants de Similimi ne goûteront pas aux plaisirs que procure l’électricité comme leurs voisins des villages environnants. Ils s’interrogent donc : pourquoi la question de la délocalisation de la localité n’a pas été posée et prise en compte avant l’ouverture de la mine ? Quand interviendra le déguerpissement et le recasement des populations ? Autant de questions auxquelles la délégation préfectorale n’a pas apporté des réponses.

Similimi se sent abandonné par les pouvoirs publics. La situation du village concerne ses voisins : Sapli, Kouassi-N’Dawa, Séréoudé, Sipa, Sogobo, Nagabari, Bodem et Béguélébi.

KOUMAN ANGE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *