Search
mardi 27 octobre 2020
  • :
  • :

La chanteuse Adjoumani Sévérine déchaîne les passions

La salle Kodjo Ebouclé du Palais de la Culture d'Abidjan, lors de la dédicace de l'album de Sévérine Adjoumani

La salle Kodjo Ebouclé du Palais de la Culture d’Abidjan, lors de la dédicace de l’album musical

Au lendemain de la dédicace à « guichet fermé » de son album au Palais de la Culture, le 19 décembre 2015, le site Ivoirepost a publié un sévère article sur le talent musical de la chanteuse Adjoumani Sévérine. Sous la plume de Fadima Komara, on lit : « un peu partout, c’est le nom Adjoumani Séverine qu’on entend. Un peu trop, eu égard à l’esthétique musicale élémentaire qu’elle propose (…). Hormis les articles de presse aux titres ronflants et les supports intempestifs qui l’accompagnent, on ne peut rien retenir de la charpente musicale que construit cette chanteuse ». La journaliste de conclure : « et pourtant, que de monde elle déplace ! ». En effet, pas moins de 5 ministres se sont déplacés pour le concert-dédicace : Maurice Bandaman, Roger Kacou, Jean-Claude Brou, Hamed Bakayoko, Kobenan Kouassi Adjoumani.

Il n’y a rien dans jalousie, a-t-on coutume de dire. Ce rappel vient à propos, au regard de l’article de Fadima Komara. Son commentaire est détestable en ce qu’il s’appuie sur un délit de patronyme comme base argumentaire.

Que reproche-t-on exactement à cette jeune fille, dont le crime semble celui d’avoir osé faire les choses avec professionnalisme ? Que lui reproche-t-on au juste ? Le fait d’avoir réuni des ministres à sa manifestation ? Mais que dira-t-on quand elle aura joué à guichet fermé dans le mythique Palais des congrès de l’Hôtel Ivoire ? Que reproche-t-on au juste à cette charmante chanteuse décemment et impeccablement habillée, ne laissant transparaître aucune partie intime de son corps? N’a-t-elle pas droit à des félicitations dues à une femme d’honneur plutôt qu’à une coulée de jalousie difficilement contenue de la part de dame Fadima Komara ? Est-il exagéré de dire qu’à part l’album « Premier Gaou » qui avait une mélodie incontestable, le groupe Magic System, dont nous sommes si légitimement fiers, n’aura conquis la planète entière que grâce au sérieux et au respect accordé à son art?

En musique, si le succès d’une carrière nationale et internationale était simplement conditionné par la seule mélodie, l’artiste Bagnon aurait reçu plus de succès que Magic System.

Sévérine Adjoumani sur scène

Sévérine Adjoumani sur scène

Rappelons à Fadima Komara, avant qu’elle ne sombre totalement dans la dépression pour excès de jalousie, que la stratégie déployée par Sévérine Adjoumani fait partie de la démarche promotionnelle des œuvres artistiques par un marketing offensif. « Du beau monde. À elle seule… » : cette confession  achève de convaincre le plus sceptique d’entre nous de ce que notre compatriote Fadima Komara mériterait d’être suivie de très près afin de lui éviter le suicide, pour un trop plein de jalousie.

La présence des 5 ministres qui scandalise tant cette dame est bien justifiée. D’autant plus que chacun exerce pleinement ses attributions. Le détenteur du département de la Culture, ceux du Tourisme, de l’Industrie sont bien à leur place. Quant à Hamed Bakayo, sa présence ne surprend guère. Ce membre du gouvernement a une grande passion pour la chose musicale. En ce qui concerne le ministre Adjoumani, franchement, nous ne voyons aucune incompatibilité à ce qu’un membre du gouvernement s’accorde un temps de divertissement aux côtés de ses collègues venus dans le cadre de la nécessaire promotion de la culture ivoirienne.

Que Adjoumani Sévérine ait réussi à intéresser le ministre de l’Industrie à faire une introspection sur les conditions de production des œuvres de l’esprit, cela mérite bien une distinction de la part de ses collègues membres du gouvernement et non de l’hostilité !

K. DAPA Donacien, Consultant en Marchés Publics, Chroniqueur Indépendant




One thought on “La chanteuse Adjoumani Sévérine déchaîne les passions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *