Search
vendredi 23 octobre 2020
  • :
  • :

NASSIAN : L’ex-député Kouakou Kra à la tête de la Commission assistance sociale et juridique du FPI

Kouakou Kra, ex-député de Nassian

Kouakou Kra, ex-député de Nassian

Dans le souci d’exprimer sa solidarité à ses militants victimes de la crise post-électorale, le Front populaire ivoirien (FPI) vient de créer une Commission assistance sociale et juridique (CASJ). L’ex-député de Nassian, Kouakou Kra, a été désigné pour présider cette structure. Celle-ci regroupe l’ensemble des structures du parti qu interviennent dans le domaine de la solidarité. Entre autres, les secrétariats nationaux chargés des victimes de guerre, justice et libertés publiques, communication, solidarité et affaires sociales, cohésion sociale et réconciliation.

Les missions de la CASJ s’articulent autour de 2 axes principaux. Dresser un répertoire des victimes de 2002 à maintenant. Ensuite, apporter une assistance sociale et juridique aux militants emprisonnés ou exilés, ainsi qu’à leurs familles. L’assistance a déjà commencé. Elle se décline en des visites et soutiens financiers ou en nature aux militants en difficulté. Dans ce registre, Kouakou Kra indique que des gestes ont été faits à l’endroit des détenus de la Maison d’arrêt d’Abidjan (MACA). La Commission entend rendre visite à tous les prisonniers politiques dans les différents lieux de détention, et aux exilés.

S’agissant de l’assistance juridique, il s’agira pour le FPI de se saisir de toutes les procédures concernant ses militants. Sur ce chapitre, le président de la CASJ assure que tous les détenus bénéficient de l’assistance d’un collectif d’avocats commis par le parti. Cependant, les missions confiées à la CASJ nécessitent des ressources financières et matérielles. D’où l’appel pressant que lance l’ancien député aux militants, démocrates de tout bord et à toutes les bonnes volontés. « Il est vrai que la situation est difficile. Mais nous attendons beaucoup des camarades militants et sympathisants. Nous, les rescapés de la crise, avons un devoir de solidarité à l’endroit de nos camarades en privation de liberté. Nous en appelons à la contribution de tous les défenseurs de la démocratie et des libertés, ainsi qu’à toutes les bonnes volontés pour la réussite de cette mission. Que chacun fasse parler son cœur ! ».

La présentation officielle de la Commission est prévue pour le 15 novembre, au siège provisoire du FPI à la Riviera-Attoban. La CASJ, joignable aux numéros de téléphone 40 20 89 02 / 03 42 42 35, travaille en collaboration avec la cellule d’écoute dirigée par Michel Amani N’Guessan, ex-ministre. Elle est chargée de collecter les informations relatives aux exactions subies par les militants.

Ossène Ouattara

Source : Notre voie du jeudi 8 novembre 2012.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *