Search
vendredi 3 décembre 2021
  • :
  • :

LÉGISLATIVES 2021 DANS LE GONTOUGO : Le RHDP laisse le député sortant et mise sur le candidat battu de 2016 à Sandégué

Comme en décembre 2016, c’est en candidat indépendant que le 6 mars, Ouattara Ousseny affrontera celui qu’il avait battu, Ouattara Aboubakar du RHDP

Depuis vendredi 15 janvier, le RHDP a rendu public la liste de ses candidats aux Législatives de mars prochain. Dans certaines circonscriptions électorales, c’est l’incompréhension chez des militants et sympathisants quant aux personnes choisies pour défendre les couleurs du parti présidentiel à ces élections cruciales, pour le contrôle de l’Assemblée nationale.

À Sandégué, la consternation est d’autant plus grande que le choix du RHDP s’est porté sur Ouattara Aboubakar, le même candidat du parti en 2016, qui avait perdu face à l’indépendant Ouattara Ousseny sur un score fleuve de 58.72% contre 36.38%. Ouattara Aboubakar – un  des vice-présidents du Conseil régional de Gontougo – était pourtant le député sortant de la circonscription.

Défaite cuisante oubliée par le RHDP ? Comment cette formation politique qui régente la vie du pays peut-elle être si amnésique au point de n’avoir tiré aucune leçon de son échec à Sandégué en 20216 ? « La vérité d’hier n’est pas forcément celle d’aujourd’hui », dira-t-on. Les cartes seraient donc rebattues. Dans la circonscription de Sorobango-Tagadi, Mohamed Ouattara aurait lui aussi dû être adoubé pour revenir défendre les couleurs du parti au scrutin législatif de 2021. Lui qui, député sortant, n’avait pas réussi à battre le jeune candidat indépendant Kouassi Koffi Kra Paulin en 2016. Atta Kouadio Yéboua Germain du RHDP avait également mordu la poussière face à N’Guettia Yao Kouman du FPI crédité de 72,25% des suffrages.

Des victoires en demi-teinte

Dans le Zanzan (régions de Gontougo et du Bounkani), le bilan du RHDP aux dernières élections législatives n’est pas glorieux. Le parti présidentiel a coupé la poire en 2 avec des candidats indépendants sortis de son rang. Dans le Bounkani, seuls 3 candidats du parti au pouvoir ont pu se faire élire, contre 3 chez les indépendants. Dans le Gontougo, c’est à peu de voix que le RHDP a pu comptabiliser 5 élus contre 4 indépendants et 1 issu du FPI. À Appimadoum-Bondoukou-Pinda/Boroko, la liste RHDP conduite par Diabagaté Mamah et Maïzan Koffi Noël avait gagné sans convaincre. Elle a récolté seulement 42,96% des voix contre 33,37% pour les indépendants Yéboua Didier Kouamé et Ayé Adou Alain Raphaël. Avec 41,75% contre 38,24% pour Vremen Serge Yvon, c’est sur le fil du rasoir que Kobenan Kouassi Adjoumani a remporté le vote à Amanvi-Diamba-Tanda-Tchédio. Un score peu flatteur pour le porte-parole du RHDP.

Assistera-t-on en 2021 à une razzia des indépendants, comparée à leur percée en 2016 ? L’issue du scrutin nous le dira. Mais on sait d’avance une chose : en matière d’élection locale dans le Gontougo, le RHDP est un géant aux pieds d’argile. Rien n’est gagné d’avance pour le parti au pouvoir. C’est pourquoi le bon sens aurait pu l’emporter sur toute autre considération au moment de choisir les candidats dans les partis politiques.

À Sandégué, ce n’est pas ce qui semble avoir présidé au choix porté sur Ouattara Aboubakar comme candidat du RHDP, alors qu’il avait échoué à se faire réélire en 2016. C’est politiquement un non sens de l’adouber encore. D’autant plus que le vainqueur Ouattara Ousseny avait remis sa victoire au RHDP et a siégé au Parlement en tant député de cette formation politique. Rien n’empêchait donc d’investir l’homme afin qu’il défende une nouvelle fois les couleurs du parti à l’élection. À moins que sa mise à l’écart au profit de celui qu’il avait sèchement battu relève d’un règlement de compte.

Ce n’est un secret pour personne. Ouattara Aboubakar, vice-président du Conseil régional de Gontougo, cultive une grande proximité avec le porte-parole du RHDP, l’inamovible ministre de l’Agriculture et du développement rurale. L’ancien député de Sandégué est un des plus fidèles du député de Tanda.

Ouattara Ousseny est tout à fait l’opposé. Le représentant du canton Baribo au Parlement n’est pas en odeur de sainteté avec « le tout-puissant » ministre Kobenan Kouassi Adjoumani. L’ « Éléphant du Zanzan » ou l’homme dont on dit qu’il ferait la pluie et le beau temps dans le Gontougo. Aurait-il quelque chose à voir avec la mise à l’écart du député sortant de Sandégué ? Bien malin qui pourrait donner une réponse précise.

En politique, tous les coups sont permis. Dans le Gontougo, les élections locales sont la meilleure occasion pour régler ses comptes à l’adversaire. Quitte à faire perdre son propre parti politique en misant sur le mauvais cheval pour en porter le flambeau lors des scrutins, au nom de l’amitié. Et au détriment de celui qui peut vraiment mener le parti à la victoire. Peut-être que l’eau a coulé sous le pont à Sandégué depuis les dernières élections locales et que les électeurs décideront autrement. Mais Ouattara Ousseny ne compte pas se laisser faire. Comme en décembre 2016, c’est en candidat indépendant que le 6 mars prochain le député sortant affrontera celui à qui il avait fermé la porte de l’Assemble nationale en le battant à plate couture.

Il faudra éviter que les candidats bandent leurs muscles et veiller à ce qu’il n’y ait pas de violences dans cette circonscription, comme on en avait déplorées. Le risque de conflit est élevé. Une raison suffisante pour que les autorités administratives locales initient des rencontres de sensibilisation avant le scrutin.

OSSÈNE OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *