Search
lundi 8 mars 2021
  • :
  • :

La transformation des noix brutes de cajou connaît une dynamique

Un groupe de femmes procède au tri d’amandes de cajou transformées au Centre d’innovations et des technologies de l’anacarde de Yamoussoukro, le jeudi 1er octobre 2020

Selon le site commodafrica qui cite le spécialiste n’kalô, la Côte d’Ivoire confirme la montée en puissance de la transformation industrielle des noix brutes de cajou en amandes comestibles. Ce, en dépit des dysfonctionnements causés par la pandémie de Covid-19. Sur les 11 premiers mois de l’année 2020, les exportations d’amandes se sont élevées à 10.888 tonnes. Soit une hausse de 8% par rapport à la même période en 2019. Le volume devrait dépasser les 12.000 tonnes en 2020.

Le Viêt Nam, premier transformateur mondial d’anacarde, est également le premier importateur des amandes produites en Côte d’Ivoire, avec environ 31% du volume total. Suivent les Etats-Unis (17%), la Belgique (11,6%), l’Italie (9,6%), les Pays-Bas (7%), la Chine (6,5%) et l’Allemagne (5,5%). Le premier acheteur africain des amandes ivoiriennes est l’Afrique du Sud. 80 tonnes ont été expédiées vers ce pays sur les 11 mois de 2020.

S’agissant des exportations de noix brutes, la Côte d’Ivoire a rattrapé le retard accumulé au second trimestre suite au Covid-19 avec 642.505 tonnes expédiées sur les 11 mois de 2020. C’est une progression de 11% par rapport à la même période en 2019. Le Viêt Nam est aussi son premier client. Le géant asiatique absorbe 87% des exportations ivoiriennes.

OSSÈNE OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *