Search
vendredi 1 mars 2024
  • :
  • :

La présence marquée des produits du coton et de l’anacarde au SARA 2023 doublement récompensée

Adama Coulibaly heureux de poser avec le ministre de l’Agriculture avec les Prix d’excellence du meilleur stand du pôle institutionnel et du meilleur stand toutes catégories attribués au Conseil du coton et de l’anacarde

Vingt années en arrière, personne n’aurait parié sur le fait que l’anacarde deviendrait la principale source d’argent des populations des régions nord-ouest, nord, nord-est et centre. D’Odienné à Bondoukou en passant par Bouna jusqu’à Agnibilékrou. Et de Tengréla à Dimbokro en traversant Bouaké et Yamoussoukro jusqu’à Dimbokro. Aucun autre produit agricole destiné à l’exportation n’égale en superficie les champs de noix de cajou. De sa position de 2e produit (après le cacao) vendu à l’étranger avec plus d’1,2 million de tonnes en 2023, le secteur anacarde est devenu incontournable dans l’économie ivoirienne. Il est une entrée importante de devises dans le pays. Bien derrière l’époque où les traites sont indécises : le temps où le prix du kilogramme de noix oscillait entre 25 et 100 francs CFA.

Cette évolution positive est à l’actif des autorités gouvernementales qui ont voulu faire de l’anacarde une filière à part entière. Avec la création, en 2002, d’une entité étatique en charge de sa gestion : l’Autorité de régulation du coton et l’anacarde (ARECA). Cette structure est devenue, en 2013, le Conseil du coton et de l’anacarde (CCA), suite à la réforme des 2 filières. Mais le mérite ne revient pas moins à ce nouvel organe de régulation qui a traduit en acte la volonté des gouvernants. Chapeau donc au CCA et à son personnel dirigé depuis 2016 par Adama Coulibaly ! Les meilleures décisions n’étant rien sans de bonnes personnes pour les mettre en œuvre.

Une trentaine d’agents du régulateur des filières coton et anacarde distingués dans l’Ordre du mérite agricole

Le dynamisme de la filière anacarde et ses succès (hausse continue de la production et du taux de transformation locale, prix d’achat planchers, etc.) sont le résultat d’une communication « agressive » savamment pensée et mise en place par le CCA. Le cajou, son avenir industriel, sont régulièrement évoqués dans les rencontres d’affaires en Côte d’Ivoire et à l’extérieur. Un département « produits dérivés » est créé pour inciter les populations à la découverte d’une multitude de gourmandises à base de cajou. À coups de caravanes de sensibilisation, d’animations, de séances de formation, les vertus de l’anacarde (jus et amandes) sont de plus en plus connues dans tout le pays. À travers des sessions de dégustation, la consommation du produit (sous toutes ses formes) commence à entrer dans les habitudes. L’illustration récente est l’édition 2023 du Salon international de l’agriculture et des ressources animales d’Abidjan (SARA), qui s’est tenue du 29 septembre au 8 octobre. On retrouvait les produits de l’anacarde exposés sur presque tous les stands. Les espaces dédiés au CCA et au Projet de promotion de la compétitivité de la chaîne de valeurs de l’anacarde (PPCA) ont attiré plus de visiteurs.

Que de sourires témoignant du fait que cette reconnaissance nationale est le couronnement du travail bien fait depuis des années !

Cette présence affichée au SARA n’est pas passée inaperçue chez les hautes autorités du pays. Vendredi 6 octobre, le Conseil du coton et de l’anacarde a enlevé les 2 Prix mis en jeu durant le Salon. À savoir le Prix d’excellence du meilleur stand du pôle institutionnel et le Prix d’excellence du meilleur stand toutes catégories remis par le ministre de l’Agriculture. Le directeur général de l’organe de régulation a eu du mal à contenir son émotion. Adama Coulibaly a dédié les 2 distinctions à l’ensemble de ses collaborateurs. Dont 28 parmi ces derniers ont en même temps été décorés dans l’Ordre du mérite agricole. Ils sont 24 agents élevés au grade de Chevalier et 4 autres distingués Officiers. Une reconnaissance nationale comme le couronnement du travail bien fait depuis des années.

OSSÈNE OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *