Search
samedi 29 février 2020
  • :
  • :

Filière anacarde : La campagne de commercialisation 2020 officiellement lancée

 

À la suite du gouvernement qui, 2 jours plutôt avait donné les prix en Conseil des ministres, le Conseil du coton et de l’anacarde (CCA) a, ce vendredi 7 février, officiellement lancé le démarrage de la commercialisation des noix brutes de cajou, au titre de l’année 2020. Ouattara Blidia Alain, le nouveau président du conseil d’administration de l’organe de régulation, a rappelé les différents prix d’achat obligatoires arrêtés. 400 francs CFA le kilogramme bord champ, 425 francs CFA le kilogramme en magasin intérieur et 484 francs CFA prix magasin portuaire.

En présence du ministre de l’Agriculture et du développement rural, le PCA a expliqué que « ces prix en hausse de 25 francs CFA par kilogramme par rapport à 2019 ont été possibles grâce à un effort de réduction du Droit unique de sortie (DUS) de 7% à 5% du prix CAF, soit 37,05 francs CFA par kilogramme contre 50,96 francs CFA par kilogramme en 2019 ».  Cette tendance haussière « traduit la volonté du gouvernement de prendre en compte des difficultés de la filière constatées au cours des deux dernières années de campagne et s’inscrit dans le cadre de son plan social à l’œuvre sur l’ensemble du pays », a justifié Ouattara Blidia.

 

Le ministre de l’Agriculture et du développement rural a appelé au respect des prix annoncés. « Le gouvernement a fixé des prix. Il faudrait que nos parents fassent que ces prix soient respectés en chassant les acheteurs véreux», a affirmé Kobenan Kouassi Adjoumani. Puis de menacer : « Tous ceux qui ne respecteront pas les prix pourront perdre leurs agréments ». Le ministre a annoncé que sa prochaine mission de sensibilisation sur le terrain sera axée sur le sujet du respect des prix.

Le directeur général du CCA a dressé le bilan de la dernière campagne de commercialisation, avant de donner les perspectives 2020. Selon Adama Coulibaly, la production attendue cette année en Côte d’Ivoire est de 800.000 tonnes. Rappelant la volonté affichée du gouvernement à ne laisser partir un seul kilogramme de noix de cajou vers les pays frontaliers par les voies terrestres. En application des mesures prises contre la fuite des produits, 7 camions ont déjà été saisis, a indiqué le directeur général. « Nous travaillons à peaufiner la stratégie de lutte. Nous allons redoubler d’effort pour ne pas que les produits prennent une autre destination », a appuyé le ministre de l’Agriculture et du développement rural.

OSSÈNE OUATTARA    




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *