Search
samedi 29 février 2020
  • :
  • :

Campagne cajou 2020 : La production de noix brutes s’annonce abondante dans le Gontougo et le Bounkani

Les anacardiers ont bien fleuri cette année dans le Gontougo et le Bounkani. Ce qui laisse présager une production abondante de noix de cajou dans ces 2 régions. À condition, toutefois, que les fleurs ne sèchent sous l’effet des vents secs de l’harmattan qui frappe actuellement les zones nord du pays.

Si la production s’annonce bonne, qu’en sera-t-il des prix ? On le saura en février, mois du début de la traite en Côte d’Ivoire. Mais tout dépendra du marché mondial. L’idéal serait que l’offre ne soit pas supérieure à la demande pour donner lieu à la sortie illicite des noix vers les pays limitrophes. La frontière terrestre entre la Côte d’Ivoire et le Ghana est la plus active en matière d’exportation frauduleuse d’anacarde. Bondoukou a une mauvaise réputation en la matière. Jamais une campagne sans que des chargements au départ de cette ville en direction du Ghana ne soient arrêtés par les forces de sécurité. Bondoukou, capitale de la région de Gontougo, est le cauchemar du Conseil du coton et de l’anacarde (CCA) et des autorités gouvernementales.

Le nouveau ministre de l’Agriculture et du développement rural aura du fil à retordre. Kobenan Kouassi Adjoumani le sait bien. Lui-même natif de la région, ça sera mal vu que c’est de chez le premier responsable de l’Agriculture que les produits agricoles fuient vers d’autres pays. Un phénomène préjudiciable à l’économie nationale. Il sensibilise déjà les siens. « Je demande aux parents de ne pas vendre leur anacarde aux pays limitrophes », a lancé le ministre sur les ondes d’une radio locale, à Bondoukou, mardi 31 décembre 2019. Le gouvernement mise sur la transformation locale du produit, et non plus continuer de l’exporter à l’état brut. La noix de cajou a du prix lorsqu’elle est transformée. Pour cela, la Côte d’Ivoire a contracté un prêt de 107 milliards de francs CFA auprès de la Banque mondiale pour construire des unités de transformation dans les zones de production dont le Gontougo, région qui produit la meilleure qualité du pays.

Le 18 décembre 2019, à Dakar, la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) a approuvé un crédit de 5 milliards de francs CFA à BGFIBank Côte d’Ivoire pour soutenir la campagne 2019-2020. L’objectif visé est le renforcement des ressources financières de cette banque pour lui permettre de soutenir 3 sociétés anonymes : Centrale d’achat de produits agricoles (CAP), Quang Thien Imex (QTI) et TAN IVOIRE. Ces entreprises  ont exprimé leurs besoins d’achat d’environ 69.000 tonnes de noix de cajou auprès des producteurs. 

Si les produits continuent de fuir vers les États voisins, les efforts visant leur transformation sur le territoire ivoirien seront contrariés. Les usines manqueront de matières premières pour fonctionner sur toute l’année.

OSSÈNE OUATTARA  




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *