Search
dimanche 25 octobre 2020
  • :
  • :

BONDOUKOU : Une partie du chiffre d’affaires d’une entreprise minière ira au comité villageois

Du minerai en chargement à Bondoukou (Crédit photo: dharnisampda.com)

Du minerai en chargement à Bondoukou (Crédit photo: dharnisampda.com)

La longue lutte des habitants des zones manganésifères de la région de Gontougo a-t-elle fini par payer ? Hypothèse vraisemblable. En effet, pour sa première réunion depuis sa création, le 25 juin 2013, le Comité de suivi et de développement communautaire (CSDC) a enregistré une « victoire ». 0,5% du chiffre d’affaires de Bondoukou Manganèse (version locale de l’entreprise minière Taurian) sera versé dans les caisses de cette structure. L’argent servira à réaliser des projets socio-économiques au profit des 14 villages touchés par l’extraction minière. L’information a été donnée, le mardi 13 mai, par le préfet. Selon Germain François Goun, les 0,5% réservés au CSDC est conforme à la loi.

 Au sortir de la réunion qui s’est tenue à la résidence de l’administrateur, les visages exprimaient la joie. « Nous pensons que notre lutte a fini par payer. Nous sommes satisfaits de ce qui est prévu », a indiqué Kouamé N’Guettia, ingénieur agronome à la retraite. Même satisfaction chez Kra Michel, membre du CSDC au nom des populations de Similimi. « Ce comité est un espoir pour les populations que nous représentons. Aujourd’hui, le comité entre en activité. Je dis merci au gouvernement et au préfet ».

L’enthousiasme de dame Affoua Mouroufié a un goût quelque peu amer. Elle affirme n’avoir pas été indemnisée par Bondoukou Manganèse pour la destruction de ses parcelles cultivables. « J’ai perdu toutes les terres que mes parents m’ont laissées. Hormis cela, nous sommes en parfaite harmonie avec l’entreprise », a-t-elle souligné.

Le responsable administratif de Taurian a exprimé sa joie de voir les réunions du CSDC démarrer. Jean Elie Bitty s’est voulu rassurant quant à la contribution financière de sa société au développement des villages situés dans le périmètre d’exploitation. Il a appelé les populations à la patience.

L’Etat ivoirien gagne 2,5% du chiffre d’affaires de l’entreprise extractive. Trop tôt pour savoir si la promesse des 0,5% de quote-part du CSDC sera traduite en acte. Pour que voient le jour les projets qui seront identifiés.

Reste cependant un problème de taille : la délocalisation de Similimi. Ce village est sinistré du fait de l’extraction du manganèse. Des dizaines d’hectares d’anacarde ont été détruites. Les terres arables n’existent presque plus.

MANGA1

MANGA2Ange Kouman




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *