Search
vendredi 30 octobre 2020
  • :
  • :

BONDOUKOU : On « s’engage fermement » à ne pas violer les droits de l’Enfant

SAVE1

La direction régionale de la Solidarité, de la famille, de la femme et de l’enfant a organisé, avec l’appui de l’ONG Save the Children International, la commémoration des Journées internationales contre le travail des enfants et de l’enfant africain. Des célébrations marquées par un appel aux autorités et aux populations pour qu’elles « s’engagent fermement » contre les violations des droits de l’enfant.

Ces journées se sont articulées autour des thèmes « Etendre la protection sociale : éliminer le travail des enfants » et « Une éducation de qualité, gratuite, obligatoire et adaptée pour tous les enfants en Afrique ». « Autorités administratives, politiques, coutumières et religieuses, nos missions d’éducation et de protection ne connaîtront jamais de succès sans votre implication véritable pour nous aider à lever le voile des pratiques néfastes qui continuent de faire des victimes parmi les enfants ! », a dit le porte-parole de l’ONG, Traoré Mamadou. Qui, poursuivant, dira : « prendre soin d’un enfant, c’est comme planter un arbre. Faire pousser l’arbre nous appartient pour que demain nous puissions bénéficier de son ombre et de ses fruits ».

SAVE2

Au nom des enfants, la petite Tometi Paul-Marie a demandé aux autorités et aux parents de veiller au respect de leurs droits, surtout celui à l’éducation.

Pour le directeur régional de la Solidarité, de la famille, de la femme et de l’enfant, le devoir de tous « serait de s’approprier le plan d’action national de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants et de contribuer à la mise en œuvre d’un pan des principaux axes stratégiques que sont la prévention, la protection, la poursuite et la répression ». Asket Joseph a été clair : « le droit de bénéficier d’un encadrement scolaire et social ne peut être refusé aux enfants ni par l’Etat ni par les parents ou tuteurs ».

Parlant sous couvert du maire, Kossonou Honorine a souligné qu’il revient à chacun de prévenir et lutter efficacement contre la maltraitance, l’exploitation, la violence et la discrimination. Des méfaits qui nuisent au bien-être des enfants.

Ange Kouman




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *