Search
mardi 29 septembre 2020
  • :
  • :

BONDOUKOU : La réforme du secteur de la justice expliquée

BKOU

Durant 3 jours, une mission conjointe du ministère de la Justice et de l’Union Européenne (UE) a séjourné dans le Zanzan. Objectif, informer et sensibiliser tous les acteurs locaux de la justice (magistrats, éducateurs de prison, corps habillés) sur la réforme du secteur.

Les populations doivent reprennent confiance en la justice. D’où la nécessité de la reformer pour qu’elle redevienne efficace et accessible à tous. C’est la première fois que le ministère établit un plan pluriannuel (2013-2015) de reformes. Plan inspiré du Programme national de développement (PND) et adopté le 6 juin 2013 par le gouvernement.

Ces réformes s’organisent autour de 5 axes stratégiques. Selon François Lebur, assistant technique de l’Union Européenne auprès du Ministère de la Justice, il faut prioritairement procéder au relèvement du secteur judiciaire et pénitentiaire. Raison pour laquelle des bâtiments judiciaires ont été réhabilités. Quant aux structures pillées, elles ont été rééquipées. Le personnel formé et redéployé sur le territoire national.

Le directeur général de l’administration pénitentiaire, Ouattara Amadou, a précisé que sur 16 juridictions identifiées comme devant être reconstruites prioritairement, 11 l’ont été effectivement. Et sur 22 prisons, 15 ont été réhabilitées. Bondoukou et Bouna ont bénéficié de ce programme.

Les intervenants ont passé en revue les maux qui minent le secteur. Sur la question de l’indépendance et de l’impartialité de l’institution judiciaire, sont souhaitées la reforme et la mise en place des hautes juridictions : Cour de cassation, Conseil d’Etat, Cour des comptes. Tous prévus par la Constitution de 2000.

Dans le même ordre des choses, de nouveaux tribunaux ont vu le jour. Notamment à Guiglo et Issia. A San-Pedro, 2ème ville économique dépourvue de Tribunal, un important chantier est en cours de réalisation. La construction de nouveaux bâtiments programmée à Daloa, Korhogo, Port-Bouët et Abobo (Abidjan).

Le cas de Dimbokro est unique. Une nouvelle prison, sous forme de « ferme pénitentiaire », a été construite. Les détenus, initiés aux techniques culturales et à l’élevage.

Les populations doivent connaître leurs droits et devoirs. Mission assignée aux cliniques juridiques. Ces structures d’accueil et d’informations du public – gratuites et ouvertes à tous – sont animées par l’Association des femmes juristes de Côte d’Ivoire (AFJCI). Les panélistes ont admis qu’une justice de qualité doit être garantie à tous.

MISS JOCELYNE




One thought on “BONDOUKOU : La réforme du secteur de la justice expliquée

  1. Diabagaté

    Salue, je m’appelle Diabagaté Christ Silas.
    Je vis en ce moment au Maroc à cause des mes activités. J’ai déposé des papiers pour m’établir un acte d’individualité depuis 2 mois, et jusque là, la justice n’a pas encore établi mon acte d’individualité. Pourtant je me trouve totalement bloqué et je ne peux plus travailler à cause de ce papier.
    S’il vous plait aidez moi.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *