Search
dimanche 19 mai 2024
  • :
  • :

Abidjan, capitale mondiale des équipementiers de l’industrie du cajou du 6 au 8 avril 2023

Plus de 15.000 personnes sont attendues à ce 4e SIETTA qui se tiendra du 6 au 8 avril, a annoncé Adama Coulibaly (directeur général des filières coton et anacarde)

Interrompu pour raison de pandémie de Covid-19, le Salon international des équipements et des technologies de transformation de l’anacarde (SIETTA) reprend ses droits. Du 6 au 8 avril 2023, Abidjan sera à nouveau la capitale mondiale des spécialistes de la transformation du cajou.

Plus de 15.000 personnes sont attendues à ce 4e SIETTA. Soit le double des 7.500 visiteurs de 37 pays enregistrés lors de l’édition précédente, en novembre 2018. L’information a été donnée jeudi dernier par le commissaire général du Salon, Adama Coulibaly (directeur des filières coton et anacarde), lors de la conférence de presse de lancement.

Pour le ministre de l’Agriculture, « le gouvernement ivoirien est résolument engagé à faire de la filière anacarde un secteur majeur de l’économie nationale ». Il s’agit pour la Côte d’Ivoire « de devenir le pionnier de la transformation structurelle de cette filière en Afrique et l’acteur majeur de ce secteur dans le monde », a ajouté Kobenan Adjoumani. Le SIETTA 2023, comme les précédents, sera l’occasion pour le pays de montrer son potentiel. Couplé avec la réunion des ministres du Conseil international consultatif du cajou (CICC), les débats tourneront autour des problématiques liées à l’accroissement de la contribution de l’industrie de l’anacarde au renforcement des capacités et des performances des économies.

Contenu du SIETTA 2023

Le commissaire général a donné des éléments qui meubleront le Salon, dont le thème central est « contribution de l’industrie du cajou à la résilience des pays africains face aux défis économiques mondiaux ». Une quinzaine d’équipementiers nationaux et internationaux pour l’exposition des dernières innovations technologiques pour la transformation de l’anacarde sont annoncés. Outre l’exposition, la démonstration, la vente, la promotion des machines, il y aura des ateliers, des communications et conférences-débats. Des rencontres BtoB sont à l’ordre du jour.

L’industrie ivoirienne du cajou est en pleine croissance. « De 9% en 2018 avec 68.515 tonnes de noix brutes transformées, le taux de transformation locale a atteint 14.1% en 2021 avec 136.854 tonnes et 21.25% en 2022 avec plus de 218.000 tonnes », a indiqué le ministre de l’Agriculture. Le pays est 1e producteur mondial de noix brutes avec plus d’1 million de tonnes et 3e fournisseur d’amandes sur le marché international.

OSSÈNE OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *